Jean-Marc Rouillan: des victimes portent plainte pour "apologie du terrorisme"

Jean-Marc Rouillan: des victimes portent plainte pour "apologie du terrorisme"

Publié le 08/03/2016 à 11:33 - Mise à jour à 11:44
©Boris Horvat/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dans une interview, le cofondateur d'Action directe Jean-Marc Rouillan, actuellement en liberté conditionnelle, a qualifié de "courageux" les auteurs des attentats de novembre. En réaction, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire et l'Association française des victimes de terrorisme (AFVT) a porté plainte contre lui pour "apologie du terrorisme".

 L'Association française des victimes du terrorisme (AFVT) a annoncé ce mardi 8 mars le dépôt d'une plainte contre le cofondateur d'Action directe, Jean-Marc Rouillan, qui a qualifié de "courageux" les auteurs des attentats djihadistes de novembre. L'AFVT va porter plainte pour "apologie du terrorisme", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Lundi 7 , le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire visant le cofondateur d'Action directe après ses propos tenus dans une interview au mensuel marseillais Le Ravi de mars. "Moi, je les ai trouvés très courageux, en fait. Ils se sont battus courageusement: ils se battent dans les rues de Paris (alors qu'ils) savent qu'il y a 2.000 ou 3.000 flics autour d'eux", y déclare Jean-Marc Rouillan. Des déclarations qualifiées de "bouillie intellectuelle" par l'AFVT. Ces propos sont "dans une indécence absolue à l’égard des victimes de ce massacre", ajoute-t-elle, estimant que Jean-Marc Rouillan "se vautre(...) une fois de plus dans la violence".

Condamné pour assassinats, le cofondateur d'Action directe, organisation armée d'extrême gauche qui commettait dans les années 1980 assassinats et attentats, est actuellement en liberté conditionnelle. Contacté lundi par l'AFP, il a dit assumer ces propos, tout en affirmant qu'il ne s'agissait "pas d'une valorisation du tout" des djihadistes, dont il dit ne pas partager l'idéologie.

"Ces propos sont une offense à la mémoire des victimes et une blessure supplémentaire pour des familles qui ont déjà beaucoup enduré", avait réagi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lors de son audition, lundi, par la commission d'enquête parlementaire mise en place après les attentats.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




S'il dit assumer ses propos, Jean-Marc Rouillan assure ne pas partager l'idéologie des djihadistes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-