Juvisy-sur-Orge: un policier poursuivi pour harcèlement sexuel sur une collègue

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Juvisy-sur-Orge: un policier poursuivi pour harcèlement sexuel sur une collègue

Publié le 01/08/2019 à 12:47 - Mise à jour à 13:00
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Mardi 30, un fonctionnaire de police a été présenté à un juge dans une affaire de harcèlement sexuel sur une policiière subordonnée, au commissariat de Juvisy-sur-Orge. Selon Le Parisien, un portrait contradictoire du suspect est dressé par ses collègues.

C’est une nouvelle affaire embarrassante pour la police même si le suspect reste bien sûr présumé innocent. Mardi 30 juillet, un commandant des forces de l’ordre a été présenté à un juge d’instruction et mis en examen pour des faits de harcèlement sexuel sur une de ses subordonnées, harcèlement moral et violences volontaires sans incapacité totale de travail.

Selon une information révélée par Le Parisien, les faits se sont déroulés sur trois ans, entre 2015 et 2018 au commissariat de Juvisy-sur-Orge. Le suspect, décrit par certaines sources comme apprécié de ses équipes même si d’autres témoignages soulignent une dimension manipulatrice, est âgé de 53 ans. Les détails exacts des faits qui lui sont reprochés ne sont pas connus avec exactitude.

Dans l’attente de l’évolution de l’enquête, le fonctionnaire a été suspendu dans l’exercice de ses missions et a interdiction de se rendre au commissariat.

Lire aussi - Lutte contre sexisme et harcèlement: la CGT chemine

L’homme semble avoir des rapports complexes avec ses collègues et subordonnés. Toujours selon Le Parisien, le quinquagénaire a déjà pris la défense lors d’un conseil de discipline d’un gardien de la paix accusé d’un important vol de cuivre, se "mouillant" pour alléger la sanction d’un fonctionnaire fautif, tandis qu’un autre témoignage estime que le suspect agit de manière intéressé. "Il lui est arrivé de mettre des collègues dans des situations embarrassantes et de leur sauver la mise pour qu'ils lui en soient redevables par la suite" rapporte ainsi le quotidien.

Une enquête a également été ouverte par l’Inspection générale de la police nationale (l’IGPN) qui a auditionné plusieurs agents du commissariat de Juvisy-sur-Orge lundi.

Voir aussi:

Harcèlement sexuel: Christian Quesada voulait montrer son "kiki tordu" à une fan

"Balance ta dick pic": un compte Twitter pour dénoncer le harcèlement en ligne 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La victime présumée est une fonctionnaire de police.

Newsletter





Commentaires

-