Les corps en décomposition d'un couple et de leur fille handicapée découverts

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 26 avril 2019 - 20:02
Image
La police nationale a lancé un appel à témoin concernant un homme, surnommé par les enquêteurs "le prédateur des bois", soupçonné de viols en série commis sur des adolescentes entre 1998 et 2008 en Ch
Crédits
© PHILILPPE HUGUEN / AFP/Archives
La piste criminelle ne serait pas privilégiée suite à la découverte des trois corps.
© PHILILPPE HUGUEN / AFP/Archives

Le corps de deux octogénaires et de leur fille ont été retrouvés à leur domicile de Nantes en état de décomposition, jeudi 25. C'est l'odeur qui a alerté les voisins.

La piste criminelle ne serait pas privilégiée, et c'est à cause d'un strict isolement social que les corps de trois membres d'une même famille n'ont pas été découverts avant que l'odeur n'alerte les voisins.

Le drame s'est noué à Nantes, dans une maison située près du campus universitaire. Celle-ci était habitée par un couple d'octogénaires que les voisins ne croisaient que brièvement, ceux-ci ne sortant que très rarement, selon les témoignages recueillis par Ouest-France.

Voir: Ile-de-France - un nouveau corps repêché, la piste criminelle privilégiée

Jeudi soir, certains d'entre eux ont donné l'alerte en raison d'une odeur pestilentielle. Les secours, après avoir pénétré dans les lieux, ont découvert les corps en état de décomposition avancée du mari et de la femme, respectivement âgés de 84 et 82 ans, mais aussi de celui de leur fille handicapée, âgée d'une cinquantaine d'années.

"Il n’y avait ni trace de lutte ou de sang. La maison était close", ont fait savoir les enquêteurs. La piste criminelle serait donc écartée, mais la simultanéité des décès soulève cependant des questions. Des autopsies doivent être réalisées pour tenter de définir les causes de la mort de chacun des trois membres de la famille. Selon les premiers éléments relevés, les deux octogénaires auraient souffert de gros problèmes de santé.

"La femme nourrissait ses chats et rentrait tout de suite. Les fenêtres étaient toujours fermées. Depuis huit ans qu’on habite ici, nous n’avons jamais vu leur fille. Je pensais d’ailleurs qu’ils vivaient seuls, sans enfant", a témoigné une voisine.

Lire aussi:

Un père et ses deux fillettes retrouvés morts à leur domicile

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don