Risque de confusion de genre: la justice veut faire "annuler" deux prénoms

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 12 novembre 2018 - 09:41
Image
Justice.
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Liam et Ambre sont-ils des prénoms mixtes?
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
La cour d'appel de Rennes devra trancher: peut-on appeler une fille "Liam" et un garçon "Ambre"? Le parquet a fait appel de la décision, estimant que les prénoms en question n’étaient pas mixtes.

"Liam et Ambre sont-ils des prénoms mixtes?", c'est à cette question que la cour d'appel de Rennes devra répondre. En effet, la procureure de la République de Lorient a estimé que ces prénoms sont respectivement masculin et féminin, et peuvent générer une "confusion de genre" chez les enfants qui les portent.

Comme le rapporte Ouest-France, qui révèle, l'information, les juges aux affaires familiales (JAF) saisis avaient donné raison aux parents, en juillet pour Ambre, et en octobre pour Liam, autorisant que les prénoms restent inscrits sur les registres d'état-civil. Ce sont ces décisions que le parquet conteste.  "Ma position n'est ni militante, ni dogmatique. J'ai fait mes recherches, observé que ce n'était pas des prénoms mixtes. Ils m'apparaissaient donc contraire à l'intérêt de l'enfant", a fait savoir la magistrate Laurence Peyrefitte au journal.

Les deux enfants en questions sont nés dans le Morbihan. Liam, une petite fille, en novembre 2017 d'un couple de parents hétérosexuel et Ambre, un petit garçon né en janvier 2018 et ayant des parents homosexuels. Lors de leur déclaration en mairie, le fonctionnaire de l'Etat civil avait déjà eu un doute.

Lire aussi - Paris: la mairie refuse d'enregistrer "Marseille" comme troisième prénom d'un petit garçon

"Il en a parlé à sa responsable de service qui a elle-même évoqué la situation avec sa supérieure, qui m'en a ensuite référé. Collégialement, nous avons estimé qu'Ambre était un prénom féminin et non masculin. Et que Liam était le prénom d'un petit garçon donné à une fille", a expliqué Nadyne Duriez, adjointe au maire de Lorient au quotidien.

La cour d'appel devrait rendre son verdict dans plusieurs mois.

Voir:

Quels sont les prénoms les plus donnés: le classement 2017

Appeler son enfant Jihad, est-ce légal?

La région Bretagne demande l'autorisation du "ñ" dans les prénoms

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.