Rumeur de trafic d'organes et "chasse aux Roms" en Seine-Saint-Denis

Rumeur de trafic d'organes et "chasse aux Roms" en Seine-Saint-Denis

Publié le 26/03/2019 à 19:42 - Mise à jour à 19:43
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La rumeur concernant une camionnette blanche dont les occupants enlevaient des enfants dans le cadre d'un trafic d'organes a enflé ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Plusieurs expéditions punitives ont été menées en Seine-Saint-Denis contre des membres de la communauté rom, pointée du doigt par cette Fake News.

Des expéditions punitives ont été menées ces derniers jours contres des membres de la communauté rom, la dernière dans la nuit de lundi à ce mardi, menant à l'interpellation d'une vingtaine de personnes. Des actions qui étaient basées sur la rumeur de rapt d'enfants, pourtant dénoncée comme totalement fausse par les pouvoirs publics.

A Bobigny, Clichy-sous-Bois, Aubervilliers, Bondy et Noisy-le-Sec, des groupes d'individus s'en sont pris à des Roms ou les ont menacés, incendiant parfois leurs véhicules. Des personnes apparemment persuadées que des membres de cette communauté enlevaient ces derniers jours des enfants afin d'alimenter un trafic d'organes.

Voir: Le policier agressé reconnaît avoir menti en accusant les gens du voyage

"Les rumeurs de kidnapping d'enfants avec une camionnette sont totalement infondées. Aucun enlèvement n'est avéré. Ne relayez plus cette fausse information, n'incitez pas à la violence" a fait savoir la Préfecture de Police de Paris ce mardi . Le parquet de Bobigny a dû confirmer également n'avoir été saisi "d'aucune enquête pour des faits d'enlèvement de mineurs par des personnes de la communauté rom".

Des précisions qui n'ont pas suffit à totalement mettre fin à la paranoïa. Nombre d'internautes ont commenté sur Twitter la publication de la préfecture, affirmant douter de sa véracité.

Sur les réseaux sociaux, une première rumeur faisant état, déjà, d'un fourgonnette blanche dont les occupants tenteraient cette fois d'enlever des femmes entre Colombes et Nanterre avait déjà circulé début mars. Là non plus, aucune plaint ni main courante n'avait été déposée. Mais la rumeur avait abouti à l'agression de deux personnes circulant dans un tel véhicule par une vingtaine de personnes, rappelle Le Parisien.

Lire aussi:

Gargenville: appels au lynchage contre le pédophile remis en liberté

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Aucune plainte concernant des enlèvement d'enfants par les occupants d'une camionnette blanche n'a été déposée en Seine-Saint-Denis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-