Violences conjugales: l'ex-compagne d'un footballeur professionnel témoigne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Violences conjugales: l'ex-compagne d'un footballeur professionnel témoigne

Publié le 26/03/2018 à 17:06 - Mise à jour à 17:14
©Franck Fife/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'ex-compagne d'un footballeur professionnel toujours en activité a témoigné ce lundi des violences conjugales dont elle a été victime. Si elle a préféré garder l'anonymat et qu'elle n'a pas voulu révéler le nom du père de son enfant, elle a voulu alerter de la dangerosité de son ancien compagnon.

"Je vous ai contacté parce que j'ai peur qu'il finisse par tuer quelqu'un", a expliqué celle qui se fait appeler Miriam au journal L'Equipe ce lundi 26. Cette ex-compagne de footballeur professionnel a témoigné des violences conjugales dont elle a été victime lorsqu'elle était avec cet homme.

Elle a précisé que l'individu, qu'elle appelle "Monsieur", était toujours en activité sans pour autant dévoiler son identité. Elle a aussi indiqué qu'il était maintenant avec une autre femme, à qui il faisait subir des violences aussi.

A voir aussi: Violences conjugales - elle est battue pendant 56 ans, son mari condamné

Pourtant, personne ne pourrait soupçonner de ses actes de violences a-t-elle expliqué. Au sein de son club, c'est "un homme réservé, timide qui n'entretient aucun lien avec ses coéquipiers". "Quand vous le voyez au travail, vous ne pouvez pas deviner qui il est", a-t-elle confié.

Mais c'est bien cet homme, possessif, parano et ultra violent en privé, qui l'a selon elle malmenée durant des mois sans qu'elle ne trouve jamais la force de porter plainte. "Ce n'était pas des petites gifles mais des coups de poing dans le ventre, sur le visage, partout".

Elle a indiqué avoir déjà pensé à témoigner à visage découvert mais qu'elle avait eu trop peur des représailles, pour elle comme pour son fils. "Je parlerai peut-être un jour à un juge. Mais j'ai peur pour mon fils et moi parce qu'il est vraiment dangereux".

Tout deux originaires d'Afrique, ils se sont rencontrés dans leur ville natale. "Il était adorable. Mais dès qu'on a habité ensemble, j'ai vu qu'il n'était pas très stable et qu'il était vraiment violent. C'est là qu'il a commencé à me frapper". Totalement dépendante de lui financièrement puisqu'il ne voulait pas qu'elle travaille, elle ne trouvait pas la force de partir.

Pourtant un jour de février 2016, elle est parvenue à faire sa valise et à se rendre à la gare pour ne plus jamais le revoir, en vain. Alors qu'elle était enceinte de quatre mois, il l'a retrouvée à la station et a vidé ses bagages à terre avant de la gifler.

Des policiers sont alors intervenus et l'ont incitée à porter plainte, lui disant qu'ils avaient reconnu son compagnon. Mais Miriam leur a soutenu que ce n'était pas lui et n'attentera pas de procès contre le footballeur.

A lire aussi: En 2016, plus de 85.000 victimes ont déposé plainte pour violences conjugales

Aujourd'hui, la femme à la grande chevelure brune est libérée de cet homme. Mais lui continue de frapper sa compagne actuelle selon Miriam. "J'ai su qu'il avait tapé sa nouvelle compagne, y compris pendant sa grossesse. Je le sais car chaque fois que Monsieur la frappait, elle prenait le train pour être hébergée chez son beau-père (le père du joueur), avec qui je suis restée en contact".

Les affaires de violences conjugales se multiplient dans le football français. Deux joueurs de l'équipe de Lens, Nicolas Douchez et Brice Dja Djédjé, ont été placés en garde à vue pour cette raison en octobre et février dernier. Lors du match à domicile du RC Lens contre Bourg-en-Bresse, les supporters ont d'ailleurs fait référence à ces affaires en demandant aux joueurs de leur équipe favorite: "battez vos adversaires au lieu de battre vos femmes".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Miriam a expliqué avoir été victime de violences conjugales lorsqu'elle était en couple avec un footballeur professionnel encore en activité aujourd'hui.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-