Ecrans, malbouffe et inégalités: les ados de plus en plus gros

Ecrans, malbouffe et inégalités: les ados de plus en plus gros

Publié le 28/08/2019 à 10:27 - Mise à jour à 10:57
©François Guillot/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La part des adolescents en surpoids et obèses a augmenté en France, selon une vaste étude dévoilée ce mercredi. Le grignotage et les écrans sont une nouvelles fois pointés du doigt, et les chiffres montrent l'impact du cadre social.

Les chiffres concernant le surpoids et l'obésité des adolescents sont encore à la hausse. Plusieurs enquêtes réalisées dans les classes de troisième françaises en 2017 ont permis de relever que 18,4% des adolescents sont en surcharge pondérale et parmi eux, 5,2% sont obèses. En 2007, 17% d'adolescents étaient en surcharge pondérale et 3,8% étaient obèses.

La surcharge pondérale correspond ou surpoids signifie que l'indice de masse corporel (IMC, le rapport entre la taille et le poids) est situé entre 25 et 30. Au delà, on parle d'obésité (calculez ici votre IMC).

Voir: Petit-déjeuner gratuit à l'école, l'obésité s'invite dans le débat

Le surpoids et l'obésité sont principalement le résultat d'un mauvais rapport entre l'absorption de calories et la dépense énergétique. L'étude pointe le rôle des écrans dans cette situation, les heures passées devant la télévision ou les smartphones n'étant pas consacrées à une activité physique. La moitié des élèves de troisième consacre en moyenne au quotidien trois heures et demie aux écrans en semaine, et 6 heures par jour les week-ends. A côté de cela, les jeunes grignotent beaucoup et mangent trop gras.

Des causes déjà bien connues, mais l'étude pointe aussi des disparités selon le sexe et l'origine sociale. Il y a 19,7% d'adolescentes en surpoids contre 16,9% chez les garçons. Mais surtout, on peut observer une nette surreprésentation des adolescents issus des milieux moins favorisés: 24% des enfants d’ouvriers sont en surcharge pondérale et 8% sont obèses, c’est deux fois plus que les enfants de cadres. Ils auraient en effet des plus mauvaises habitudes alimentaires, sautant les repas équilibrés (petit-déjeuner, cantine) au profit du grignotage. Ils font également moins de sport et passent plus de temps devant les écrans.

Lire aussi:

L'allaitement pour lutter contre l'obésité infantile

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les adolescents en surpoids ou obèses sont de plus en plus nombreux.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-