Entretenir la mémoire : le film "L'affaire AstraZeneca", toujours diffusé sur Odysee

Entretenir la mémoire : le film "L'affaire AstraZeneca", toujours diffusé sur Odysee

Publié le 07/09/2021 à 16:17 - Mise à jour le 08/09/2021 à 11:48
Capture d'écran du film
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Avant les scandales actuels autour des vaccins BioNTech et Pfizer, ce reportage diffusé fin mai 2021 retraçait les incohérences politiques et sanitaires liées au vaccin suédo-britannique.

Censuré par YouTube quelques heures après sa publication, le film « L'affaire AstraZeneca » est réalisé par Armel Joubert des Ouches et produit par AC Prod. Ces journalistes professionnels sont allés à la rencontre des patients vaccinés avec ces produits, de leurs avocats - pour ceux ayant déposé plainte, de députés, ou encore de médecins témoignant anonymement sur le malaise qu’ils ressentent dans l’exercice de leur travail : « Ce qui me choque le plus c’est d’avoir des collègues qui vaccinent à contre-coeur parce qu’ils ont peur de perdre leur travail ».

Étienne Boitin, avocat spécialisé en droit du dommage corporel, s'exprime sur les quinze dossiers qu’il a saisis : « J’ai déjà trois cas de personnes ayant déploré un AVC, et d’un point de vue médical, des AVC tels qu’ils se sont produits, provoquent des séquelles, et il y aura des capacités qui ne seront malheureusement jamais récupérées, on le sait déjà. »

Le reportage met à disposition les extraits des politiciens qui, avant de revenir sur la mise sur le marché de ce produit, exprimaient avec assurance la fiabilité du vaccin : « C’est un vaccin très efficace et sûr chez toutes les personnes pour lesquelles il est proposé » affirmait avec autorité le ministre de la Santé Olivier Véran sur les plateaux de télévision. Pendant le même temps, son Premier ministre Jean Castex tapait du poing sur la table de l’animateur Samuel Étienne, sur sa chaîne Twitch, tentant de convaincre les jeunes : « Je peux vous assurer que si j’avais le moindre doute je demanderais la suspension ! Le moindre doute ! Parce que c’est mon devoir, c’est ma responsabilité. »

Des propos qui entachent la confiance que l’on peut accorder à ces décisionnaires, et dont la mémoire est entretenue par ce reportage encore diffusé sur des plateformes telle qu'Odysee.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le film AstraZeneca retraçait les malhonêtetés intellectuelles des politiciens.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-