Epidémie de grippe: le taux de vaccination du personnel de l'AP-HP est "mauvais", selon Martin Hirsch

Epidémie de grippe: le taux de vaccination du personnel de l'AP-HP est "mauvais", selon Martin Hirsch

Publié le 12/01/2017 à 13:58 - Mise à jour à 14:02
©Rogelio V.Solis/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Martin Hirsch a déclaré ce jeudi que le taux de vaccination du personnel de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) contre la grippe est "mauvais". Il est de "10% chez les paramédicaux" et de "25% chez les médecins".

Le taux de vaccination du personnel de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) contre la grippe est "mauvais", a déclaré ce jeudi 12 son directeur général, Martin Hirsch, lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes d'information sociale (Ajis). Le taux de vaccination du personnel de l'AP-HP est de "10% chez les paramédicaux" et de "25% chez les médecins", a-t-il précisé.

"Si la vaccination obligatoire est décrétée, je l'appliquerai avec plaisir", a ajouté M. Hirsch, reconnaissant que la politique d'incitation de l'AP-HP n'était "pas assez efficace" et qu'il y avait des "progrès à faire". "On n'a pas réussi globalement en France à convaincre les professionnels que la vaccination contre la grippe non seulement les protège (...) mais protège les patients", a-t-il poursuivi. Selon les estimations, seuls 25% à 30% des soignants se font vacciner contre la grippe chaque année.

Mercredi, le Pr Benoît Vallet, qui pilote la direction générale de la santé du ministère de la Santé, avait indiqué qu'il fallait "réfléchir" à rendre obligatoire le vaccin contre la grippe pour les soignants (médecins, infirmiers, etc...). Les mesures incitatives n'ont pas été "suffisantes", "il faut passer à un cran supérieur", avait déclaré M. Vallet.

"En région Ile-de-France, le pic le plus élevé est probablement derrière nous", a avancé M. Hirsch qui, plus tôt dans la matinée, avait participé à l'Elysée à une réunion ministérielle consacrée à l'épidémie de grippe, en présence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. "On n'est pas dans une situation de déstabilisation de l'hôpital. On est dans une situation de forte mobilisation", a insisté le directeur de l'AP-HP. "Il y a du personnel qui fait plus d'heures supplémentaires que d'habitude et du personnel qui prend moins de jours de repos que ce qui avait été programmé (...) mais on n'est pas dans une situation dégradée de prise en charge", a-t-il poursuivi. Il a en outre indiqué que la déprogrammation d'opérations pour délester les urgences concernait "quatre à cinq établissements" sur les 39 de l'AP-HP.

A l'issue de la rencontre avec le chef de l'Etat, Mme Touraine a assuré que la pression dans les hôpitaux s'était "relâchée" grâce aux mesures d'urgence mises en place. La veille, la ministre avait tenu des propos alarmants, évoquant un bilan "probablement lourd" en perspective après avoir déclaré que les urgences étaient "aux limites de leurs capacités".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Si la vaccination obligatoire est décrétée, je l'appliquerai avec plaisir", a déclaré Martin Hirsch.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-