Fake news: Twitter prépare Birdwatch, un outil collaboratif pour lutter contre la désinformation

Fake news: Twitter prépare Birdwatch, un outil collaboratif pour lutter contre la désinformation

Publié le 07/10/2020 à 11:29
Freestocks / Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les fausses informations, rumeurs, et autres “fake news” prolifèrent partout, en ligne et hors ligne, mais c'est surtout sur les réseaux sociaux qu’elles semblent régner sans partage. Pourtant, la désinformation est en théorie l’ennemi des utilisateurs, mais aussi des géants du Web qui ont du mal à modérer leur contenu ce qui entame fortement leur crédibilité et leurs recettes publicitaires. Les plateformes multiplient donc les innovations pour résoudre ce problème, et la nouvelle astuce trouvée par Twitter est d’imiter Wikipédia en mettant à contribution l'intelligence collective pour en finir avec la désinformation.

Comment marche la fonctionnalité «Birdwatch» de Twitter?

Birdwatch est le nom d’une nouvelle fonctionnalité de Twitter, qui est pour l'instant en cours de développement. Twitter n’a pas communiqué à ce sujet, mais des développeurs qui exploraient le code source de Twitter ont repéré des informations liées à ce projet. Contacté par Techcrunch, le réseau social a confirmé l’information. «Birdwatch» est donc bien un nouvel outil, qui pourrait prochainement permettre à la communauté Twitter de collaborer, pour détecter et éliminer les fausses informations.
L’outil pourrait permettre aux utilisateurs de donner une note à un tweet, avec des options pour que l'utilisateur puisse indiquer s’il pense qu’il s’agit d’une fake news ou pas, et donner une évaluation du préjudice le tweet pourrait causer. Il n'est pas encore certain que cet outil sera ouvert au grand public; Twitter a indiqué qu’il communiquera prochainement à ce sujet.

Transformer les utilisateurs en modérateurs: une stratégie déjà bien maîtrisée par Wikipédia

Mettre la communauté au service de la régulation des contenus est une méthode bien connue, inspirée du système utilisé par Wikipédia. Dans cette encyclopédie collaborative, tout lecteur, peut devenir un contributeur, un modérateur, et peut signaler les contenus dérangeants, diffamatoires ou les “fake news”.  Les modérateurs peuvent débattre de la validité d'une information et, pour freiner l'impact que pourrait causer une fake news, le contenu reste bloqué jusqu'à ce que les modérateurs aient résolu le debat.
Wikipedia est, grâce à ce système, une plateforme qui garantit un niveau de crédibilité, qui n'est pas parfait, mais qui est de loin supérieur à celui des réseaux sociaux de nombreux médias. Les réseaux sociaux s'inspirent de ce modèle: Facebook, par exemple, a récemment intégré Wikipedia à certains résultats de recherche.
Ce système de modération et de contribution collaboratif et communautaire fait de Wikipédia l'un des sites les plus consultés au monde (régulièrement dans le top 10 en terme de fréquentation) et son contenu est considéré comme beaucoup plus fiable que celui que l'on peut trouver sur les réseaux sociaux et sur Internet en général.

Les bonnes pratiques des “twittos” au centre des mesures anti fake news

En plus de cette fonctionnalité de modération collective des tweets, Twitter a récemment annoncé que la plateforme allait bientôt demander à tous les utilisateurs de relire un article avant de le retweeter. Cette fonctionnalité est testée depuis juin avec de très bon résultats. En effet, lire seulement le titre d’un article, sans cliquer sur le lien, avant de le retweeter, peut provoquer des incompréhensions et alimente la désinformation. 
Selon Twitter, lire un article dans son intégralité est nécessaire car « les titres ne racontent pas toute l'histoire » . Cette mesure pourrait également bénéficier aux créateurs de contenu, car selon le test réalisé par Twitter les utilisateurs ouvrent désormais les articles 40 % plus souvent.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La nouvelle astuce trouvé par Twitter : imiter Wikipédia en mettant à contribution l'intelligence collective pour en finir avec la désinformation

Newsletter





Commentaires

-