Pourquoi parle-t-on de "frères siamois" pour des jumeaux fusionnés?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faite un don !

Pourquoi parle-t-on de "frères siamois" pour des jumeaux fusionnés?

Publié le 18/06/2015 à 14:04 - Mise à jour le 15/08/2017 à 18:14
©Mary Evans/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Lorsque des jumeaux sont soudés l'un à l'autre par une partie du corps, on dit qu'ils sont "frères siamois". Ce terme, communément utilisé, a vu le jour au XIXe siècle, en référence aux premiers frères célèbres atteints de cette particularité.

Quand deux jumeaux naissent inséparables, attachés entre eux par une partie du corps, ont dit qu'ils sont "siamois". Si cette expression est entrée dans les mœurs au fil des années, très peu de personnes savent aujourd'hui pourquoi ils sont appelés ainsi. L'origine de cette expression remonte au début de XIXe siècle et provient de deux frères jumeaux fusionnés originaire du Siam, l'ancien nom de la Thaïlande dont les habitants étaient nommés les Siamois.

Chang et Eng sont nés en 1811 au Siam avec une étrange particularité: ils étaient reliés au niveau du foie et du sternum. Au début des années 1830, ils sont repérés par un commerçant anglais et exhibés comme des phénomènes de foire, une pratique relativement courante à l'époque. Aux côtés de femmes à barbe ou de nains, les deux hommes attirent les foules et deviennent très populaires. Et comme ils sont originaires du Siam, la presse les surnomme "les frères siamois". C'est alors qu'ils décident de prendre leur carrière en main, puis de s'installer aux Etats-Unis, en Caroline du Nord. C'est à ce moment qu'ils prirent le nom de "Bunker". Ils décédèrent à quelques heures d'écart en 1874 et restèrent dans l'histoire sous le nom de frères siamois.

Les enfants siamois sont rares dans les pays développés, où ils sont détectés grâce aux échographies et où une interruption de grossesse est généralement proposée. D'après les chiffres de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris en 2009, les naissances de siamois ne concernent pas plus d'une grossesse sur 100.000.

Des interventions très complexes sont parfois tentées sur ces enfants très jeunes. Une des dernières en date a été réalisée sur deux bébés siamois de 4 mois et demi, nés en Guinée et reliés par l'abdomen. Ils ont été séparés le 26 mai 2015 à l'hôpital Necker à Paris après une opération de 10 heures.

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les frères siamois Chanf et Eng, au XIXe siècle.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-