Mort de Rémi Fraisse: une pétition de la dernière chance pour éviter le non-lieu, trois ans après

Mort de Rémi Fraisse: une pétition de la dernière chance pour éviter le non-lieu, trois ans après

Publié le 27/10/2017 à 10:55 - Mise à jour à 11:03
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois ans après la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens, tout indique qu'un non-lieu devrait être prononcé par la justice. "Un scandaleux et cruel déni de justice" pour les défenseur de la mémoire du militant écologiste, qui ont lancé une pétition demandant à la ministre de la Justice de se saisir du dossier. Elle avait recueilli quelque 40.000 signatures ce vendredi.

Jeudi 26 marquait le troisième anniversaire de la mort de Rémi Fraisse, militant écologiste de 21 ans tué lors d'affrontement entre manifestants et gendarmes sur le site du barrage de Sivens, dans le Tarn. Une date au goût d'autant plus amer pour ses proches et camarades de lutte, alors que l'enquête sur sa mort devrait selon toute vraisemblance se terminer par un non-lieu.

C'est en effet ce qu'a requis le parquet de Toulouse en juin dernier, considérant qu'il n'y avait pas eu d'infraction commise. Une décision qui, si elle était confirmée par le juge d'instruction, reléguerait définitivement la mort du militant, tué par l'explosion d'une grenade offensive lancée par la gendarme, au rang de simple accident .

"Un scandaleux et cruel déni de justice, l'auteur du tir meurtrier, comme sa hiérarchie, se trouvant exemptés d'avoir à rendre compte d'actes ayant entraîné la mort d'un homme", dénonce une pétition adressée sur change.org à la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Ses signataires, plus de 43.000 de ce vendredi 27, demandent à la garde des Sceaux de saisir le Conseil supérieur de la magistrature et d'intervenir auprès du parquet afin d'éviter ce non-lieu.

Il serait cependant tout aussi surprenant que la ministre vienne ainsi désavouer l'enquête que de voir les juges d'instruction ne pas suivre les recommandations du parquet, à moins d'une erreur de procédure commise par le tribunal de Toulouse, mais qui n'influerait pas sur les faits.

Le maréchal des logis J. avait été entendu en tant que témoin assisté en mars 2016 et n'avait pas été poursuivi. Un rapport de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) avait déjà blanchi le gendarme en décembre 2014, estimant que les avertissements nécessaires avaient été effectués avant le tir de la grenade. Un rapport qui n'avait cependant pas fait taire les critiques et mis fin aux interrogations concernant le déroulement des faits.

Le projet de barrage a depuis été abandonné, mais un autre, réduit de moitié, est à l'étude. Les zadistes qui occupaient le site en ont été délogés en mars 2015.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le parquet avait considéré en juin qu'aucune infraction n'avait été commise par les gendarmes dans l'affaire de la mort de Rémi Fraisse.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-