Terrorisme: Cazeneuve dévoile son plan pour les forces d'élite

Terrorisme: Cazeneuve dévoile son plan pour les forces d'élite

Publié le 19/04/2016 à 09:05 - Mise à jour à 09:11
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Bernard Cazeneuve présente ce mardi le nouveau schéma d'intervention des unités d'élites de la police et de la gendarmerie. Une nouvelle organisation destinée à améliorer leur réactivité, tirer les leçons des attentats et éviter la "guerre des polices".

Comment faire face de manière plus efficace à un attentat de masse ? Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dévoile mardi un nouveau "schéma d'intervention" pour coordonner l'action des unités d'élite des forces de l'ordre, appelées à faire cesser leur rivalités.

"Je vais moi-même annoncer le schéma national d'intervention" du GIGN, du Raid et de l'"antigang" (BRI), les trois unités d'élite de la gendarmerie et de la police, a-t-il annoncé vendredi lors d'un déplacement à Orléans (Loiret). L'objectif est qu'elles agissent de manière "rapide, coordonnée et efficace" en cas d'attentat semblable à ceux du 13 novembre 2015 (130 morts).

Ce schéma, très attendu, a été ardemment travaillé ces dernières semaines par les directions respectives des forces de l'ordre. Tout a été fait, selon des sources internes à ces directions, pour "ne pas froisser les susceptibilités" et "faire taire une +guerre des polices+" qui couve depuis les attentats de novembre. Le ministre a indiqué qu'il allait "fixer les lieux d'implantation" des unités d'élite, sans plus de détails.

Selon les sources, il s'agit avant tout de faire fi des frontières traditionnelles entre policiers et gendarmes, les premiers intervenant traditionnellement en zones urbaines, les seconds en zones rurales ou semi-urbaines. Le GIGN compte quelque 400 membres, comme le Raid, et la BRI une centaine d'hommes.

M. Cazeneuve doit présenter ce plan à son ministère mardi après-midi. Dans la soirée, les trois forces se livreront à un exercice commun grandeur nature - et inédit - à la gare Montparnasse à Paris. A Orléans vendredi, le ministre était venu voir sur le terrain comment l'équipement des "primo-intervenants" - les premiers policiers et gendarmes sur les lieux d'un attentat - est progressivement renforcé, comme il l'avait annoncé début avril.

Première étape du plan antiterroriste du gouvernement décidé après les attentats de novembre, ces équipes ont notamment reçu de nouveaux matériels et armements sophistiqués tels des fusils d'assaut.  Restait à présenter le second étage de la fusée, beaucoup plus délicat tant il existe des habitudes anciennes, selon Beauvau: quel rôle pour les unités d'élite dont le savoir-faire n'est contesté par personne ?

Le crédo du "premier flic de France" est répété à l'envi et simple sur le papier: elles doivent être "rapides" et "situées à vingt minutes de distance" de n'importe quel point du territoire en cas de crise grave ou d'attentat.

Dans les faits, c'est plus compliqué. Si les gendarmes du GIGN et les policiers du Raid et de la BRI ont travaillé de concert durant les attentats de janvier 2015, chacun dans sa sphère de compétence, les premiers ont été absents le 13 novembre survenu en région parisienne exclusivement.

Et le GIGN a fait savoir qu'il était pourtant là, en réserve, au grand dam de la police qui a par ailleurs essuyé des critiques pour son assaut de Saint-Denis, le 18 novembre, où était retranché Abdelhamid Abaaoud, l'un des organisateurs des tueries.

Fureur du ministre de l'Intérieur qui, en janvier, face à cette nouvelle "guerre des polices", tranche: "il y a deux forces de l'ordre" et "UN ministre de l'Intérieur" qui décide. Silence dans les rangs. C'est dans ce contexte que M. Cazeneuve va présenter un plan que Beauvau estime "concret" et "réaliste".

Comme il l'avait annoncé en janvier, quatre nouvelles antennes régionales du GIGN devraient voir le jour à Nantes, Tours, Reims et Mayotte, s'ajoutant à celles qui existent à Dijon, Orange et Toulouse. Il pourrait y avoir une nouvelle antenne pour le Raid à Montpellier, qui s'ajouterait à celles de Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Rennes et Strasbourg. Preuve que tout n'est pas simple: à Toulouse, où il y a le GIGN, devrait être aussi créée une antenne du Raid.

Le schéma prévoit aussi que les compétences des uns et des autres seront prises en compte et actées comme celle, spécifique, du GIGN en matière d'explosifs. Manière de mettre tout le monde "en ordre de bataille", selon Beauvau.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le nouveau plan prévoit que les forces d'intervention puissent se rendre en 20 minutes sur les lieux d'un attentat.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-