Débâcle au Sahel : C’est ce qu'annonce la mort de Déby

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Débâcle au Sahel : C’est ce qu'annonce la mort de Déby

Publié le 23/04/2021 à 16:02
MARIE WOLFROM / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour FranceSoir
-A +A

CHRONIQUE - On n’ose pas le dire, mais il ne pouvait y avoir de pire nouvelle pour l’avenir de l’armée française au Sahel que la mort d’Idriss Déby, dictateur du Tchad depuis plus de trente ans, tué, dit-on, lors d’un accrochage avec des rebelles le 19 avril 2021.

L’Elysée a reconnu lui-même l’importance de la perte de cet allié dans la guerre contre le djihadisme en Afrique, osant saluer un « « ami courageux », « qui a œuvré sans relâche pour la sécurité du pays et la stabilité de la région durant trois décennies ». La ministre des armées, Florence Parly, a rajouté une couche dans l’aveu de faiblesse de ces hommages posthumes en déclarant illico que la France a perdu "un allié essentiel dans la lutte contre le terrorisme au Sahel ».

En effet, peut-on lire dans la presse, « le dictateur tchadien était l’allié le plus solide des Occidentaux contre le terrorisme dans cette région tourmentée d’Afrique, où l’ancienne colonie française entourée d’Etats faillis faisait jusqu’ici figure d’îlot de relative stabilité » …

Notons d’abord une différence essentielle entre la disparition d’un chef terroriste, fût-il aussi puissant qu’un Abou Bakr al-Baghdadi, le célèbre leader islamiste abattu par les Américains le 27 octobre 2019, et le décès d’un chef d’Etat, tel qu’Idriss Déby. Nos matamores se glorifient qu’une tête de l’hydre terroriste soit tranchée, mais elle est aussitôt remplacée par une autre, qui était sans doute sa rivale et qui est tout aussi dangereuse. Par contre, un chef d’Etat de la taille de Déby ne se remplace pas du jour au lendemain, d’autant que des rumeurs courent déjà selon lesquelles le dictateur tchadien ne serait pas mort au combat, mais aurait été assassiné.

En trente ans de pouvoir, Déby avait su constituer la meilleure armée de l’Afrique francophone. En conséquence, c’est au Tchad que se trouvait le principal poste de commandement de l’opération « Barkhane » (le nom de l’intervention de l’armée française au Sahel contre les djihadistes). C’est aussi le Tchad qui est le plus important contributeur de la « force conjointe du G5-Sahel » réunissant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, et le Tchad. Ce dernier pays fournit en effet 1 850 soldats sur les 6 000, et ce sont les plus solides d’une coalition, plutôt hétéroclite, depuis sa création, en 2017.

Les soldats tchadiens sont aussi les plus engagés au sein de la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Ils sont au nombre de 1 500 hommes sur 13 000 casques bleus. Ce sont les plus combatifs, si l’on en juge par le nombre de morts au combat. De fait, sur le monument aux morts de la Minusma, les Tchadiens sont ceux qui comptent le plus de noms : 75 soldats tués depuis 2013. Aussi bien Idriss Déby était-il considéré à Paris comme dans les capitales sahéliennes comme un pilier de la « stabilité » régionale. Ce pilier s’est effondré…

Même l’immense Nigéria aux 200 millions d’habitants (contre à peine 20 au Tchad) redoute les conséquences de la mort brutale du leader tchadien. Muhammadu Buhari, le chef d’Etat nigérian, a rendu hommage au disparu, reconnaissant que le décès de Déby laisserait un « grand vide » dans le combat contre le djihadisme de Boco Haram qui prospère dans la région, particulièrement à la frontière commune au Nigeria et au Tchad. Les troupes tchadiennes avaient en effet joué un rôle essentiel pour chasser Boko Haram des principales villes de l’Etat de Borno, aux confins du lac Tchad, lors d’une importante campagne militaire menée en 2015 dans le cadre d’un accord de coopération régionale. La disparition brutale de Déby va les faire revenir pour répandre de nouveau la terreur : massacres, pillage, viols, enlèvement d’enfants…

Nos lecteurs savent que la guerre du Sahel est perdue. Mais ce qu’annonce la mort, voire l’assassinat de « notre ami tchadien de trente ans », est bien pire : la débâcle de Barkhane.

Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au Sahel, la mort d'Idriss Déby complique un peu plus les choses.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-