Drogue: le "gaz hilarant" fait sensation dans les soirées étudiantes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Drogue: le "gaz hilarant" fait sensation dans les soirées étudiantes

Publié le 19/02/2015 à 18:44 - Mise à jour le 20/02/2015 à 12:02
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): AZ

-A +A

Le protoxyde d'azote, qu'on peut notamment trouver dans les siphons à chantilly, se retrouve de plus en plus dans les soirées étudiantes. En vente libre, cette substance euphorisante est inhalée à travers un ballon de baudruche.

Le protoxyde d'azote est devenu la nouvelle drogue à la mode. Utilisé habituellement pour recharger les siphons utilisés en pâtisserie ou dans le milieu médical pour recourir à des anesthésies, cette substance a été détournée à une tout autre fin. Depuis plusieurs mois, elle est utilisée par des jeunes qui s'en servent comme une drogue lors de certaines soirées étudiante.

Venue tout droit de Grande-Bretagne, cette pratique consiste à inhaler le protoxyde d'azote contenu dans des ballons de baudruche préalablement gonflés avec le produit. L'inhalation provoque vertiges et fous rires pendant une trentaine de secondes, et modifie la voix, qui devient plus grave l'espace d'un instant. En vente libre, cette substance commercialisée sous forme liquide dans des bonbonnes ou des cartouches métalliques, n'est pas difficile à trouver contrairement aux autres drogues.

Jugé légal par les autorités, le gaz hilarant n'est pas sans risque. Si son nom paraît sympathique, il comporte néanmoins un certain nombre d'effets secondaires pouvant durer de quelques heures à quelques jours après l'inhalation: maux de tête, nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhée. Selon le site Drogues Info Service, inhaler du protoxyde d'azote à fortes dose de façon régulière, le gaz hilarant entraînerait "une confusion ou désorientation, des problèmes d'élocution et d'irrégularités du rythme cardiaque". Le corps médical estime toutefois qu'aucune dépendance n'est associée à la consommation de ce produit.

Si en France, aucun chiffre ne permet de recenser les cas de graves intoxications, le "gaz hilarant" est responsable depuis 2006 de la mort de 17 personnes en Grande-Bretagne, selon les autorités britanniques. 

Auteur(s): AZ


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le "gaz hilarant" est de plus en plus consommé en France et en Europe pendant certaines soirées étudiantes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-