Comment interpréter et répondre aux questions des enfants?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Comment interpréter et répondre aux questions des enfants?

Publié le 10/07/2018 à 16:55 - Mise à jour le 11/07/2018 à 15:47
© ED JONES / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Rodolphe Oppenheimer, édité par la rédaction

-A +A

Les enfants posent des questions qui parfois nous désarçonnent. Craintes existentielles, interrogations sur la reproduction, peur de la mort ou de la maladie, les plus jeunes se livrent à leurs parents parfois bien démunis pour leur apporter une réponse. Pourtant ce phénomène est normal et ne doit susciter de l'inquiétude que dans des cas précis. Pour France-Soir, le psychanalyste Rodolphe Oppenheimer livre ses conseils.

Pourquoi? Comment? Quand? C’est quoi? Les enfants posent de nombreuses questions au quotidien et les parents se trouvent dans l’embarras de donner des réponses que, parfois, ils ne connaissent pas!

> Pourquoi les enfants posent-ils des questions?

Se poser des questions est tout à fait normal pour un enfant. Tout ce qu’il voit, entend ou sent est nouveau pour lui et il a besoin d’en savoir plus. S'interroger est donc pour lui un moyen de comprendre ce qui l’entoure. C’est également un moyen pour résoudre un problème intérieur ou extérieur.

Scientifiquement, les questions sont un outil essentiel dans le développement cognitif de l’enfant. Elles ne sont surtout pas à négliger!

> À quel âge et à quelle fréquence?

Les enfants commencent à poser des questions, principalement à leurs parents, dès l’âge de trois à quatre ans. Les questions "pourquoi" et "comment" sont les plus fréquentes à cet âge, tout simplement parce que les enfants sont curieux de tout et que leur vocabulaire et leurs connaissances ne sont pas assez développés. À partir de cinq ans, la nature des questions varie et les nuances sont plus profondes.

Une étude réalisée en 2017 en Angleterre a montré que les enfants posent 75 questions en moyenne par jour. Que votre enfant vous pose des questions toute la journée ne devrait donc pas vous inquiéter. Mais qu’en est-il du contraire? C'est-à-dire si votre enfant ne pose aucune question?

Voir aussi: A cause des écrans, les enfants auraient du mal à tenir correctement un stylo 

Comme évoqué, c’est entre 36 et 48 mois que les enfants commencent à poser des questions. Si le votre ne le fait pas du tout ou que rarement, cela peut indiquer un problème de développement soit linguistique (amélioration du langage) ou cognitif (se rappeler partiellement des histoires, mieux comprendre la notion du temps, imaginer avec plus de créativité, etc.). Ce sont d’ailleurs les questions qui permettent de développer ces capacités et plusieurs autres.

> Comment interpréter les questions de votre enfant?

Votre enfant ne vous pose pas des questions pour vous ennuyer ou seulement pour attirer votre attention (c’est parfois en partie le cas). Il le fait pour comprendre quelque chose, résoudre un problème, savoir plus à propos d’un sujet et parfois être rassuré.

Voici quelques-unes des questions les plus fréquentes: pourquoi les gens meurent? Maman, est-ce que tu vas mourir aussi? Comment on fait les enfants? C’est quoi Dieu? Pourquoi le ciel est-il bleu? Pourquoi dois-je aller dormir tôt et pas vous? Pourquoi les gens tombent-ils malades?

Avant tout, il est important de prêter attention à votre enfant pour essayer de comprendre sa question. Il faut penser aux motifs derrière cette question, si elle peut être liée à un évènement qu’il a vécu, à une personne de son entourage, à une conversation qu’il a entendue, etc. Si par exemple il vous demande pourquoi les gens tombent malades, il ne suffit pas de lui expliquer qu’on peut attraper des virus ou être infectés par des bactéries, il faut le rassurer que les maladies des enfants sont souvent faciles à soigner et lui expliquer que les bonnes habitudes d’hygiène et d’alimentation peuvent les prévenir.

Les enfants posent beaucoup de questions à propos de la mort (les adultes aussi). L'interrogation "est-ce que maman va mourir" implique aussi une inquiétude sur ce qui va devenir de l’enfant et qui va s’en occuper.

En principe, les questions des enfants ne sont pas inquiétantes. Qu’il vous demande s’il va mourir ou si la mort est douloureuse ne devrait donc pas vous alarmer. Mais si, malgré votre explication, il ne pense plus qu’à ça, fait des cauchemars ou présente d'autres signes d’anxiété, c’est qu’il traverse probablement une crise et qu’il faut l’aider d’abord en lui parlant et si nécessaire en faisant appel à un spécialiste.

Cet article a été rédigé par Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste (https://psy-92.net/). Ses deux derniers ouvrages, Peurs, angoisses, phobies, par ici la sortie! (Ed. Marie B) et Se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle (Ed. Eyrolles) sont disponibles en librairie.

Auteur(s): Rodolphe Oppenheimer, édité par la rédaction


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les enfants n'hésitent pas à poser des questions sur la maladie ou la mort.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-